Test: Isoxan Sport, boisson d’effort

isoxan Sport boisson de l'effort

J’ai eu l’occasion de tester une boisson de l’effort : Isoxan Sport. Ce test s’inscrit dans un cadre particulier, celui de l’article sponsorisé. Cela signifie que je dois rédiger un article en respectant certaines choses. Néanmoins, le but du blog de Greg Runner reste objectif, et tout ce que je dis correspond à ce que je pense.

Présentons tout d’abord cette boisson pour l’effort. Cette boisson au goût agrume naturel est à prendre… pendant l’effort ou en période de récupération, pour s’hydrater, prolonger les performances d’endurance pendant l’effort et favoriser la récupération.

Cette boisson est composée de 5 vitamines (C, B1, B6, beta carotène, vitamine A), 1 sucre rapide (fructose), 1 sucre lent (maltodextrines),et 2 minéraux : magnésium, calcium.

Une boîte comporte jusqu’à 10 sachets en dose hygiénique et facile à transporter. La dilution est rapide et facile. il faut compter 1 sachet dans 750 ml d’eau.

Vous vous demandez quels sont les bénéfices de la boisson. D’après la marque, consommer la boisson Isoxan Sport contribue à:

– améliorer l’hydratation pendant l’effort;

– la production d’énergie pendant l’effort (grâce aux vitamines B1, B6 et  C, maltodextrines, fructose, magnésium, calcium);

– réduire la fatigue (grâce aux vitamines C, B6, magnésium);

– prolonger les performances d’endurance pendant l’effort (grâce aux glucides et aux electrolytes);

– préserver les propriétés contractiles des muscles (grâce aux magnésium, au calcium et au sodium);

– réduire l’accumulation d’acide lactique dans les muscles;

– protéger les cellules  des dommages liés au stress oxydatif (grâce aux vitamines C et A, au Béta carotène, et au bioflavonoides).

Cette boisson, autorisée en compétition, est disponible en pharmacie. Elle fait partie de la gamme Isoxan Sport, gamme de compléments alimentaires dédiée aux sportifs, prescrite par des médecins du sport, partenaire de fédérations françaises de sport et de commissions médicales

Vous trouverez plus d’informations sur Isoxan Sport Pro et sur la gamme Isoxan Sport sur : www.isoxansport.com

Le test

Les conseils d’utilisation sont les suivants :

– 1 sachet avant l’effort, 1 sachet par heure d’effort, 1 sachet après l’effort

– Diluer 1 sachet dans 750 ml d’eau et boire par petites gorgées. Ne pas consommer plus de 5 sachets par jour

J’ai donc utilisé un sachet pendant une sortie. J’ai versé le sachet dans une gourde que j’ai emmenée pendant ma sortie de 40 minutes. Au premier abord, le contenu du sachet s’est bien dilué dans l’eau donc pas de mauvaise surprise. Puis au niveau du goût, on n’a pas l’impression de croquer dans un fruit mais le goût est plus qu’acceptable. Pas de sensations sucrées qui restent en bouche puisque la boisson est très peu sucrée, ce qui me semble un point positif. Sur la digestion, je n’ai pas rencontré de problème particulier, tout s’est bien passé.

La seule ombre au tableau est le sachet en lui-même qui nécessite d’être dilué dans 75cl d’eau. Hors, les gourdes font généralement 250ml voire 500ml. J’ai dû faire un savant calcul pour mettre la bonne quantité dans ma gourde.

Au regard de ce que contient ce sachet, je le recommande pendant les phases d’entraînement particulièrement soutenues, qui se suivent généralement d’un état de fatigue. Il faut cependant garder une bonne alimentation en parallèle, car Isoxan Sport ne comporte ni glucides ni protéines.

Article sponsorisé

12 commentaires

  1. Merci pour l’article.
    Concernant la gamme Isoxan, je suis beaucoup plus »fan » des compléments endurance qui palient toutes les carences auxquelles les coureur de fonds sont confrontées.
    a bientôt
    pdro

  2. Et les maltodextrines et fructose, ce sont des lipides??? 😉

  3. A mon avis, l’utilisation d’apports énergétiques lors de séances < 1H30 est inutile et même contre-productif car cela habitue l'organisme à moins puiser dans ses réserves et donc diminue le rendement énergétique. C'est un peu comme utiliser des chaussures avec trop d'amorti, ça affaiblit l'organisme à la longue si usage trop fréquent. Un fruit genre banane 2 ou 3 heures avant la séance suffit largement.
    L'intérêt est donc plutôt pour des séances ou compétitions plus longues, mais bon c'est pas très commercial de dire ça…

    • Oui, en effet. D’ailleurs, le conseil d’utilisation est une dose pour toutes les heures d’activité. Après, selon les études, il est préconisé d’utilisé à partir d’une heure d’activité, j’ai déjà même pu lire à partir de 40 minutes…
      Par contre, moi, je préconise plutôt de travailler à jeûn et de prendre la boisson de l’effort en fin d’exercice, lors du retour au calme.

  4. Pour JP, je suis entièrement d’accord avec toi pour le fait d’habituer ton corps à puiser ce qu’il possède déjà.
    Cependant, dans certaines conditions tu perds certaines vitamines et autres minéraux (entraînements pour un marathon, températures excessives qui entraînent une perte énorme -c’est mon cas en Afrique- et les périodes de mou qui surviennent après un petit rhum ou une fin de grippe)
    Il y a un gros effet placebo aussi
    Pour certains composants comme le magnésium, lors d’un apport trop grand, le corps élimine seul l’excédant.

  5. Concernant ces boissons de l’effort, à priori elles se valent toutes plus ou moins en terme de contenu.. C’est plus sur des critères tels que le goût, le conditionnement ou le prix que je baserai mon choix.. Par exemple, pour le Marathon du Mont-Blanc je vais à priori utiliser le sac Olmo 5l de chez Raidlight avec ses 2 bidons de 75cl sur le devant. À ce titre le conditionnement de ce produit me conviendrais parfaitement !! Je vais voir pour le goûter. Merci pour ce test Greg.

  6. deux remarques : tu ne nous parles pas du coût, et j’aimerais savoir s’il y a un minimum de sel là dedans ?

    my 2 cents : http://www.nfkb0.com/2010/01/24/lhydratation-du-sportif/

    • Pour le coût, il faut compter environ 8€ pour une boite de 10 sachets.
      Par rapport à la composition du sachet, il n’y a aucun mention par apport à la présence de sel, ce qui peut être vite gênant sur des longues distances…

      • Et oui.., toujours aussi cher le sucre pour sportif ! Une préparation maison coûte entre 5 et 10 fois moins cher selon ce qu’on y met…

        C’est un autre débat mais j’aimerais bien avoir un jour votre sentiment de blogueur quant à la rédaction d’article sponsorisé comme celui ci. Je trouve dommage de laisser du marketing creux tâcher une ligne éditoriale… Mais bon, c’est juste un avis..,

  7. A propos de la discussion avec JP :

    À mon sens il est intéressant de courir de temps en temps à jeun pour en effet favoriser l’utilisation accru des lipides. Mais cette économie de course se met aussi en place quand on allonge les distances au fil de sa progression ou de ses envies.

    Mais je trouve qu’il y a plus de bénéfices que d’inconvénients dans la progression d’un coureur à encourager la prise de boissons.
    (je crois qu’il n’y a pas grand monde d’aussi avancé que JP dans le monde de l’ultra français)
    En effet il y a de plus en plus de monde qui court, et donc mathématiquement plus de néophytes. Et je pense que donner le message de boire avant pendant et après des efforts peut augmenter le confort de l’entraînement et peut être prévenir des blessures comme les tendinites… Attention je ne suis pas du tout expert, je ne fais qu’ajouter mon avis dans la discussion.

    Et enfin vous l’avez bien compris je m’interroge grandement quant à la nécessité de boire une boisson de l’effort industrielle quasi toute prête plutôt qu’un cocktail maison ou juste de l’eau sucrée modérément pour de l’entraînement basique 🙂 (qui concerne probablement 90% des coureurs)

    À pluche

Laisser un commentaire