L’Echappée Belle 2018: victoire incroyable de Christophe Anselmo

Echappee Belle 2018: vainqueur Christophe Anselmo

Après un parcours modifié par la météo, c’est la nuit qui a bousculé le classement de cette 6e édition de l’Échappée Belle, remporté par Christophe Anselmo.

Christophe Anselmo s’impose sur l’Échappée Belle 2018

Sa troisième participation aura été la bonne. Après avoir tenté l’aventure en 2014 et 2015, Christophe Anselmo s’impose sur l’édition 2018 de l’Échappée Belle et réalise ainsi un « beau rêve » comme il l’a confié à son arrivée. Ce lyonnais de 30 ans n’en est pas à son premier exploit puisqu’il a remporté l’Ultra-Boucle de la Sarra en mai dernier, et surtout l’Ultra-Trail Côte d’Azur Mercantour en 2016. Il terminait également le Tor de Géants 2017 en 9e position.

En 106ème position en début de course

Cette Échappée Belle 2018 n’avait pourtant pas très bien commencé pour lui. Après une erreur de parcours au départ, il pointait à la 106e place au premier ravitaillement, à l’Arselle au bout de 16 km. Mais il réalise ensuite une remontée spectaculaire, entre l’Arselle et le Refuge de la Pra (25 km), où il arrive 25e. « Après mon erreur, je suis parti très fort et j’ai eu peur de ne pas pouvoir tenir la distance, mais heureusement, j’ai réussi à gérer. » En 5e position, au Pleynet/Les 7 Laux (64 km), il rattrape puis prend la tête de la course à Gleyzin (79km). Il creuse ensuite l’écart avec ses poursuivants jusqu’à son arrivée à Aiguebelle.

106ème au premier ravitaillement, Chistophe Anselmo s'impose sur l'Echappée Belle 2018!Click to Tweet

Devançant les prévisions du live de plus d’un quart d’heure, Christophe Anselmo a surpris tout le monde en franchissant la ligne d’arrivée à 6h15. Particulièrement frais et lucide, il a sonné la cloche de la victoire après 24h13min30s de course sur un parcours que les conditions météorologiques difficiles avaient contraint à modifier.

Mais la brume et les températures fraîches en altitude n’auront finalement pas trop gêné le vainqueur: « J’ai eu moins chaud qu’en 2015 et donc moins besoin de m’hydrater. C’était des conditions presque plus favorables pour la course » raconte-t-il en souriant.

4 athlètes sur un podium

À 7h, soit 45 minutes après Christophe Anselmo, Sébastien Raichon franchit la ligne d’arrivée. Une très belle deuxième place pour sa première participation! Habitué des raids aventure, qu’il court régulièrement avec Sandrine Béranger, l’Échappée Belle était pour lui un objectif mais aussi… un entrainement ! « Je cherchais un ultra-trail technique, je n’ai pas été déçu. Même si on n’a pas fait le parcours initialement prévu, c’était très difficile. Mais ma performance me rend confiant pour la suite. » En ligne de mire maintenant: les mondiaux du Raid, l’Adventure Racing World Championship (ARWC 2018), qui auront lieu sur l’île de La Réunion, en novembre.

Un duo complète le podium de l’Échappée Belle intégrale 2018: Jérémy Lavy et Marian Priadka qui sont restés tout au long de la course parmi les 5 premiers, ont fait course commune sur la seconde partie de l’épreuve. Ils ont franchi la ligne d’arrivée ensemble à 7h45. Très heureux, l’isérois, vainqueur de l’UT4M en 2016, atteint ainsi son objectif : « Cette course était le sommet de ma saison ! Elle est très technique. C’est de la vraie montagne. La course est à son image : belle et difficile. Alors ça aide de courir à plusieurs. Heureusement, on est passé à travers la pluie, on est même passé au-dessus des nuages, avec un peu de soleil en première partie de course. Et pendant la nuit, les crêtes sous la lune, c’était féérique. »

Le slovaque Marian Priadka s’est dit, lui, très heureux d’être arrivé au bout de l’intégrale et n’est pas près d’oublier sa première participation à un ultra-trail en France.

15% de réduction sur les nouveautés avec le code IRUN15

Sandrine béranger, marraine et vainqueur féminine de la course

Echappée Belle 2018: vainqueur sandrine béranger

Chez les femmes, Sandrine Béranger, a conservé la tête du classement féminin tout au long de la course. Passée en 17ème position du scratch au Pleynet, elle termine première chez les femmes et 11e du scratch à Aiguebelle à 10h20, après 28:19:44 de course.

'L’échappée Belle est une course qui me tient à cœur, c’était un vrai objectif pour moi. Je suis ravie de ma performance' - Sandrine Béranger, 1ère féminine et marraine de la courseClick to Tweet

À l’arrivée, ses trois enfants étaient là pour l’accueillir et sonner la cloche avec elle. « L’échappée Belle est une course qui me tient à cœur, c’était un vrai objectif pour moi. Je suis ravie de ma performance » a confié la marraine de l’Échappée Belle 2018 qui avait déjà remporté la toute première édition en 2013. « L’autre gros objectif, maintenant, ce sont les mondiaux du raid avec Sébastien Raichon, en novembre à la Réunion. C’est bien parti ! »

Gladys Jaussaud en 30:34:36 (19e au scratch) et la tchèque Petra Muckova en 32:02:06 (28e au scratch) complètent le podium féminin.

Laisser un commentaire