Test: Brooks Green Silence

Brooks-Green-Silence

Courir en ayant une approche écologique, c’est possible depuis 2006 grâce à Brooks et sa Green Silence. Retour sur cette chaussure « super green« .

Une chaussure verte

La Green Silence est conçue à 75% de matière recyclée et recyclable (tissus de canapé, vieux CD, capsules de bouteille, etc.). La semelle intermédiaire se bio-dégrade en 20 ans dans un milieu naturel, au lieu de 1 000 ans selon les standards industriels, la semelle HPR Green a été développé est produite à base de sable et non de pétrole, les lacets sont 100% recyclés, la teinture est à base de soja, la coll est à base d’eau et réduit l’impact chimique.

Mais l’investissement de Brooks dans l’écologie ne se limite pas aux matériaux utilisés puisque  l’ensemble de la chaîne de production est pensée pour réduire son impact écologique.  Ainsi, le procédé de production de la semelle intermédiaire permet de réduire de 50% les pertes de matière, comparativement aux méthodes traditionnelles. En matière de communication, il y a eu également une réflexion, de la boîte à chaussures au catalogue des produits. Pour cette démarche, Brooks a été récompensé aux USA par un Runners world green award. Je vous invite à en découvrir plus dans la « Green Room » di site internet de Brooks.

15% de réduction sur les nouveautés avec le code IRUN15

Une chaussure performante

Avec son poids de 194 grammes, la Green Silence est un modèle idéal pour les performances sur courtes distances. Elle n’a vraiment rien à envier à ses concurrentes. Si on se fie aux apparences, on aurait tendance à la ranger dans les modèles minimalistes. Mais sa large semelle et son amorti l’excluent de cette catégorie. Le dynamisme sur l’avant du pied favorise donc l’utilisation de cette chaussure sur les courses rapides, notamment les 10km, voire les semis, si vous êtes plutôt rapide. Une des particularités est le laçage asymétrique que j’apprécie particulièrement pour des raisons de confort et de maintien du pied. Enfin, son accroche est sans défaut sur sol sec comme sur sol humide.

Vous pouvez acquérir ce modèle pour 95€ sur le site de l’un de mes partenaires i-Run.

6 commentaires

  1. Et sinon, tu l’as testée?

    • Toute la partie « Une chaussure performante » est le résultat de mon test. C’est vrai que je n’ai pas pris la parole à la première personne mais ce paragraphe correspond à ce que je pense de la chaussure et de son utilisation possible. J’ai utilisé la chaussure sur bitume, en terrain vallonné, mais pas en compétition. Ca mérite un essai sur 10km mais je ne participerai pas à ce genre de course avant quelques mois.
      Attends-tu un complément d’information par rapport à ce test?

      • Non merci, c’était juste une remarque, je connais bien la chaussure en question pour en être à ma 3e paire 😉
        Je trouvais le test un peu léger contrairement à d’habitude et je me posais donc la question de savoir si tu l’avais vraiment testée ou juste essayée sur 3-4 sorties.
        Bon courage pour dimanche, la gniak!!! 😉

  2. Salut, apparemment certains courent avec sur 42k sans pb. Sinon, je sais pas vous, mais pour moi, une chaussure qui permet d’atterrir medio pied sans avoir à y penser, comme celle ci, est une chaussure minimaliste.

    • Pour courir 42km, faut avoir une bonne vitesse moyenne et attaquer avec l’avant du pied. Sinon, dès qu’on part un peu de vitesse, on attaque avec le talon, et à la fin des 42km, il risque d’y avoir quelques douleurs.
      Ensuite, par rapport au minimalisme, on en parle pour les chaussures par rapport au drop, à savoir la différence de hauteur entre la partie avant de la semelle et le talon. Généralement, pour une différence entre 0 et 5mm, on parle de chaussures minimalistes; 0 drop signifiant qu’il n’y a pas de différence entre l’avant du pied et le talon.

  3. Oui je connais le drop 0, je cours en mt00 ! 😉

Laisser un commentaire