UTMB: en route pour l’édition 2013!

Ultra Trail du Mont Blanc: en route pour 2013!

Lundi soir, je cours vers le Grand Rex, pas pour le dernier film à l’affiche, mais pour assister à la conférence de presse de l’UTMB 2013.

Arrivé un peu à la bourre à cause du boulot, je rate le film Ultra Trail, réalisé par Didier Lafond. Les commentaires autour de moi sont assez positifs, j’ai vraiment loupé quelque chose… Puis Catherine Poletti prend la parole pour nous annoncer les nouveautés de la course, placée sous le signe du retour aux sources. La charte éthique a été réécrite, mettant en avant quatre grandes valeurs: l’équité, le respect des personnes et de l’environnement, l’entraide et la solidarité. C’est dans cet esprit du respect des participants que les 170km seront garantis en 2013. Pour cela, un dispositif de repli prévoit des parcours se déroulant en France et en Suisse. 170 km et presque 10 000 m de D+ en 2 boucles de part et d’autre de Chamonix.
– Boucle 1 = 88km, environ 4 500m D+
– Boucle 2 = 82km, 5 400m D+
Ce dispositif permet de proposer pour l’UTMB® 3 alternatives selon le planning de la perturbation.

Côté nouveautés, les horaires aussi évolueront:
-TDS: départ le mercredi 28 août à 7h
-CCC: vendredi 30 août à 9h (pas de changement)
– UTMB: vendredi  30 août à 16h30 – ce qui permet de bénéficier de 2h de plus pour faire le parcours.

Vous pouvez d’ores et déjà retrouver toutes les infos sur le site de l’UTMB.

Sinon, le livre Ultra Trail de Philippe Billard n’est pas encore disponible. Mais pour patienter, je vous propose d’ajouter à votre bibliothèque The North Face Ultra Trail du Mont Blanc de Olivier Bessy. Dans ce livre, vous comprendre ce qui est à l’origine de cette course exceptionnelle, son essence. Alors qu’on annonce une édition 2013 avec un retour aux sources, ce livre vous permettra de (re)plonger dans les premières éditions de la course, les différentes motivations de ces coureurs fous, prêts à braver l’impossible. De l’organisation et l’engagement de la famille Poletti pour faire tourner cet événement chaque année aux problèmes rencontrés lors des dernières éditions, notamment par rapport aux conditions météorologiques, ce livre permet de mieux comprendre la pssion qui anime cette course.

Et puis, si vous êtes l’un des 11 076 finishers des éditions de la CCC, de la TDS ou de l’UTMB entre 2003 et 2011, vous pourrez retrouver votre nom dans la dernière partie du livre: l’annuaire des finishers.

Ce livre de 288 pages, coédité par Le Petit Montagnard et Autour du Mont-Blanc, est disponible au prix de 29,00 € sur la boutique en ligne des Editions Guérin (livraison gratuite en France Métropolitaine).

17 commentaires

  1. mouais… y a qu’un seul UTMB, celui qui fait le tour de la montagne ! Le reste, c’est plus l’UTMB, c’est une course lamdba autour de Chamonix (comme un certain marathon.)

    • +1 Doune 🙂

      • +2 Tim Doune 😉

        • Je vous comprends pas les gars. Vous préférez quoi en cas d’intempéries:
          – un UTMB détourné pour conservé le km et le dénivelé?
          – un UTMB raccourci?
          – un UTMB annulé?
          – un UTMB maintenu et tant pis pour les morts sur le parcours?

          • un tour complet de la grande montagne c’est tout ! quitte à décaler le départ ou l’arrivée ou les dates s’il le faut.

          • J’imagine bien dire à des coureurs étrangers venant du Japon ou des Etats-Unis et à tous les bénévoles: « Désolé les gars, il pleut. Revenez la semaine prochaine! »

          • De toutes facons, il ne sont pas à chamonix pour 3 jours non plus… alors autant dire « les départs pourront être entre le … et le … en fonction de la météo afin de maximiser les opportunités de faire la course ».

          • Je suis moins convaincu que la solution présentée par l’organisation. J’aurai l’impression d’être pris en otage de l’organisation…

          • Hello,
            Ce livre est justement intéressant car il présente l’UTMB sous l’angle des organisateurs, des bénévoles et des partenaires. On est loin d’imaginer le monde que ça implique directement et indirectement. On apprend aussi que l’organisation d’un tel évènement ne peut pas se faire sans compromis. Certes, c’est le coureur qui paye mais ce n’est pas pour autant qu’il doit forcément avoir obligatoirement ce pour quoi il a payé.

            En s’inscrivant sur une des courses de l’UTMB, on achète du rêve mais aussi de l’incertitude car, quoiqu’il arrive, c’est la montagne qui a le dernier mot et je trouve que c’est plutôt une bonne.

  2. Très bien le livre de Bessy !

  3. Moi qui cherchais un peu de lecture.
    Je prends note 😉

  4. J’ai l’impression que cette course c’est du solide 😉

  5. Je suis en train de lire ce livre. Et je ne peux m’empêcher de le confronter à différentes polémiques autour de l’utmb.
    Alors oui le livre a de l’intérêt mais je pense qu’il est à prendre avec des pincettes. Avec le phénomène qu’est devenu l’utmb, il y a des enjeux politiques et économiques, et ce livre est en plein dans ce jeu, c’est un outil promotionnel pour l’UTMB et ses organisateurs. (au moins il ne s’en cache pas trop). Mais compte tenu du titre « un mythe un territoire des hommes » il aurait été intéressant de présenter réellement et d’un point de vu plus neutre ce géant qui est une véritable vitrine pour le Trail. Bref Olivier Bessy donne des infos intéressantes mais je pense qu’il faut aller voir plus loin pour se faire une véritable idée de ce qu’est ce mythe ce territoire et qui sont ces hommes. (d’ailleurs ces hommes, je ne vois pas trop l’intérêt de tous les présenter à la fin… faire des pages ???)

    • Je crois que le but de se livre était justement de découvrir le côté organisation de la course et le contexte dans lequel cette course est gérée, à savoir justement le passage dans 3 pays et les investissements de collectivité et l’enjue politique d’une telle organisation.

Laisser un commentaire