10km du 19ème: Fail

fail

Dimanche matin, j’étais inscrit aux 10km du 19ème, qui avaient lieu aux pieds de mon terrain de jeu: les buttes Chaumont. Pourtant, à 9h, pas de Greg Runner sur la ligne de départ.

Samedi soir, je retrouve mon meilleur pote. On s’est donné rendez-vous pour boire un verre. Mais comme cela fait longtemps qu’on ne s’est pas vu, forcément la soirée se prolonge. Aussi, quand je vais me coucher, j’oublie tout simplement de mettre mon réveil en marche. Le lendemain, réveil à 11h. Je constate qu’il est trop tard pour rejoindre la course. Je pense aussitôt à Philippe, avec qui nous nous étions convenus un rendez-vous. Appel manqué et SMS d’après course pour Philippe qui demande tout simplement si je vais bien. Les affaire que j’avais préparées pour ma courses trônent encore sur le canapé, bien pliés. J’appelle Philippe pour le rassurer et m’excuser de mon absence. Nous échangeons sur sa course: il a fait chaud et les descentes n’ont pas permis de gagner du temps sur les montées. Il termine tout de même en 39minutes et 17 secondes pour un parcours pas très roulant.

La phrase du jour, signée par Philippe, à propos de mon absence: « Comme quoi, on reste des hommes et qu’on n’est pas que des machines à courir!« . Prochaine course, le 10km de L’Equipe…

18 commentaires

  1. Enorme ce récit de course ! Cela ne m’est jamais arrivé, peut-être un acte manqué mais après tout c’est vrai, on n’est pas des machines

  2. Je kiffe aussi !!! Tu as bien eu raison de te faire plaisir en soirée ça fait du bien de temps en temps … tu t’es bien hydraté ?

    • Je me suis en effet bien hydraté, mais je pense que cela ne m’aurait pas empêché le coup de chaud sur la course, comme notre amie le Colibri… 😉

  3. ahhh ben sympa ca !!! c’est même un EPIC Fail !

  4. Pingback: 10 kilomètres du 19ème, une course à domicile | Jahom, runner

  5. Une bonne anecdote a raconter la prochaine fois que tu verras ton pote (en evitant une veille de course)

  6. De quoi? Toi un ascète? Un exemple pour toute la jeunesse Tibétaine? Tu te laisse aller à des instants de débauches au point de laisser tes admirateurs arpenter le bitume seul dans la froidure du matin!!!
    Je suis décu voire outré ;-))))
    Je me demande si je vais à nouveau partager un WE tellement je suis déçu de ton comportement????

  7. Quelle tuile ! 😉 Ben au moins tu as bien récupéré :)) La prochaine fois que tu feras la fête avant une compét, tu règleras ton réveil avant 😉

  8. Bonjour, ne regrette rien, c’est important de privilégié l’amitié.

    Je suis impressionné par les progrès effectué depuis tes 48 min pour 10k de 2009. Qu’est ce qui t’a permis de progressé autant? Avais tu une activité physique avant de commencer la course à pied? Une grosse perte de poids? …

    Etant coureur faut débutant (c’est comme dans les langues étrangères, on peut être faut débutant), l’histoire de ta progression m’intéresse.

    Jean

    • Je ne regrette pas pour autant. Je prends la vie comme elle vient. 😉
      En 2009, j’étais juste un coureur occasionnel. Depuis, je prépare mes course en suivant des plans d’entrainement spécifique, et je varie les plaisirs (Semi, marathon, trail). J’ai aussi perdu du poids depuis. Lais l’important reste, je pense, le travail sur la durée…
      Bon courage!

  9. petit chenapant, j’espère au moins que le jus de pomme était bon.

  10. C’est amusant, lorsqu’il pleut et qu’une course est sur le point d’être annulée, tu es en avance. Par contre lorsqu’il fait beau… 😉

Laisser un commentaire