J’ai lu: le livre Born to Run

Livre: Born To Run

Début septembre, j’ai reçu un exemplaire de Born to Run, traduit en français et sorti cet été. J’avais hâte de découvrir ce livre dont en parlait tant des spécialistes du minimalisme tel que Frédéric Brossard de Runners.fr, ou de la course à pieds nus tel que Christian Harberts de www.courirpiedsnus.com.

Ce livre de 411 pages est un récit romancé qui suscite, au fur est à mesure des pages, des interrogations, notamment sur sa manière d’appréhender la course à pied. Le lecteur est très vite emporté par l’histoire du journaliste Chris McDougal qui veut comprendre pourquoi il a mal aux pieds ou aux genoux lorsqu’il court. Cette question fondamentale l’emmène d’un parcours classique chez les médecins spécialisés dans le sport, à la recherche du mystérieux Caballo blanco, puis à la découverte d’un peuple tout aussi mystique: les Tarahumaras. tout en nous faisant voyager dans l’univers confidentiel de l’ultra et de la course de fond, avec pour décor l’Amérique du Nord et le nord du Mexique. Le récit des aventures du journaliste dans sa quête contre le mal (aux genoux) est ponctué de réflexions et de résultats de recherches scientifiques sur les techniques de course à pied qui peuvent en bousculer plus d’un…

Dans les premières pages, le roman fait référence à une parabole de Roger Bannister, qui permet au lecteur de prendre conscience de la place de l’Homme parmi les mammifères en termes de course à pied et de vitesse. « Chaque matin en Afrique, une gazelle se réveille et sait qu’elle doit courir plus vite que le plus rapide des lions pour rester en vie. Chaque matin en Afrique, un lion se réveille et sait qu’il doit courir plus vite que la plus lente des gazelles pour ne pas mourir de faim. Moralité: que vous soyez lion ou gazelle, mieux vaut courir vite… » (chapitre 2, page 27). Aussi, face à cette constatation, on est en droit de se demander « Pourquoi serions nous les seuls mammifères sur cette planète à ne pas pouvoir compter sur nos jambes? » (chapitre 2, page 27).

Au fil des pages, vous trouverez des réponses aux questions que vous ne vous posiez pas forcément pour aboutir à un constat évident: nous sommes nés pour courir!

Je recommande ce livre pour tous les coureurs qui souffrent de douleurs aux genoux, aux pieds, aux chevilles, etc.,  et à qui on a dit qu’ils ne pourraient plus courir. Ou tout simplement aux passionnés de course à pied…

6 commentaires

  1. Salut Greg,
    Grand merci pour la mention (attention, c’est pas toute à fait le bon URL ;-))
    J’ai apprécié la tournure « en quête du mal (de genou) car moi-même je suis venu à la lecture de ce livre, été 2010, par un problème récurrent de tendinite sous l’arche du pied… Non pas que changer sa pratique soignera miraculeusement tous les maux (car cette façon de courir soumet le coureur à d’autres risques, le temps de s’adapter) mais je constate effectivement que, comme Christopher MacDougall, je suis enfin capable de courir loin, avec plaisir.

    Christian « Barefooteur »

  2. Ton article me donne encore plus envie de lire ce livre. J’ai hâte de m’y plonger.

  3. Pingback: Born to run, en français !

  4. Salut bel article, livre que je vais me prendre prochainement,
    je viens de tomber sur cet article en relation!
    dingue!! http://www.courrierinternational.com/article/2012/07/10/l-endurance-des-tarahumaras-mise-au-service-des-cartels

  5. Pingback: TEST: les Merrel Bare Access 2 | Greg Runner

Laisser un commentaire