Marathon des Sables: 3ème étape

Marathon des Sables: 3ème étape
5 (100%) 1 vote
Départ de l'étape 3 du MDS
Départ de l’étape 3 du MDS

Pour la 3ème étape, la distance du MDS était un peu plus longue: 37km. Une mise en bouche avant l’épreuve longue de 76km de demain.

Un étape particulière

La 3ème étape avait pour moi une saveur particulière. Courir 37km dans le désert le jour de ses 37 ans n’est pas un anniversaire banal!

Les amis de ma tente 114 m’ont d’abord souhaité mon anniversaire au réveil. Puis c’est Patrick Bauer qui, perché sur le toit de son véhicule tout terrain me l’a souhaité. Une superbe journée s’annonçait!

37km variés

La première partie du parcours est assez roulante. Je suis concentré. Je me demande si j’ai bien ma carte médicale accrochée à l’arrière de mon sac. Je me retourne et bim! Je heurte une pierre et tombe. Rien de bien méchant. Mais une erreur d’inattention peut vite mal tourner.

Cette mésaventure rappelle que nous avons déjà deux étapes dans les jambes et que nous ne sommes plus si frais.

Nous traversons un plateau de roche noire avant d’enchaîner avec 3km de dunes. Cela nous permet d’arriver au premier des 3 checkpoints et de nous ravitailler une fois ce passage difficile passé.

Au checkpoint, j’annonce la journée spéciale pour moi, et tous les bénévoles me chantent un Joyeux Anniversaire. Ce sera le cas sur tous les ravitos…

Passage à vide

Etape 3 dans le desert
Etape 3 dans le desert

En repartant du ravito, je relance. Des dunettes nous obligent à nous arrêter tous les 20 mètres pour les passer puis relancer derrière. C’est assez casse-pattes.

Un peu plus loin, la chaleur commence à se faire ressentir, en sachant que le vent est quasi nul. La température monte. Ca me coupe les jambes. Je marche quelques kilomètres.

Mais quand le vent revient plus frais, je me remets en route.

Le second CP est placé au 21ème km. Cela permet de refaire le plein avant de traverser un long plateau bien plat. Je cours régulier mais progressivement, je sens mes jambes devenir dures. Je marche alors quelques mètres en m’hydratant un peu plus puis repartir.

Au fur et à mesure de l’avancée, cela devient de plus en plus dur. Mais je ne suis pas seul. J’ai la chance de discuter avec Laurence Klein, qui a dejà gagné 3 fois la MDS. Elle avoue que vieillir c’est dur. C’est son dernier Marathon des Sables, elle a d’autres projets professionnels désormais dans lesquels mettre tout son énergie.

Un peu plus loin, je discute avec un Français qui est second V3 (>60 ans). Il avoue qu’il était venu pour la 1ère place de sa catégorie, mais qu’un concurrent bien plus fort est présent cette année. Le 1er V3 est en effet dans le top 50.

Même si c’est dur, et qu’il m’arrive de plus souvent et plus longtemps de marcher, je profite du paysage. Je filme et prends des photos.

Quand je vois le dernier CP à peine à plus de 1km, je me remets à courir.

Après la chanson des bénévoles et avoir fait rapidement mon ravitaillement, je me remets à courir.

Dernière ligne droite dans le sable

Marathon des Sables: des paysages variés
Marathon des Sables: des paysages variés

A 300 mètres du CP, je vois un coureur qui vomit. Son pote ne sait pas trop quoi faire. Je leur conseille de retourner au ravitaillement pour être pris en charge par les médecins sur place.

Il reste 5,1km. C’est court. Mais c’est du sable. Je ne cours pas très vite. Quand je cours….

Je finis les deux derniers km en compagnie de Sébastien, un enseignant français basé un Casablanca. Parler permet d’oublier la fatigue et d’avancer.

Finalement, nous arrivons enfin, sous une arche malmenée par le vent. Je suis fatigué mais content. Cet anniversaire sera sans doute pour moi inoubliable. Il

La vidéo de l’étape du jour

15% de réduction sur les nouveautés avec le code IRUN15

A lire aussi:


4 commentaires

  1. Bravo Greg pour cette étape anniversaire, tu sembles bien gérer ! Bon courage pour la suite..

  2. François Drouin

    Encore un beau vidéo! Bonne course pour la grosse étape demain !

Laisser un commentaire