MDS: votre équipement pour le marathon des sables ou votre course dans le désert

MDS: votre équipement pour le marathon des sables ou votre course dans le désert
MDS: votre équipement pour le marathon des sables ou votre course dans le désert

Equipement et matériel MDS doivent être préparés avec le plus grand soin. Une course à étape dans le désert, telle que le marathon des sables nécessite de s’équiper de manière optimale. Cette optimisation sera la clé du succès pour que votre course et votre vie sur le bivouac se passe dans les meilleures conditions. Suite à mon expérience sur le marathon de sables 2019, je vous fait part de mon expérience.

En 2019, j’avais eu l’aide d’une amie pour me préparer à ma première participation au marathon des Sables. Outre ses précieux conseils, que ce soit pour gérer sa course mais aussi la vie au bivouac du MDS, elle m’avait aussi d’une grande aide sur le prêt d’équipement MDS et m’avait prêtait un peu de son matos. Merci encore Annick!

Aujourd’hui, par cet article, je souhaite rendre la pareille en vous communiquant tout le matériel MDS dont vous pouvez avoir besoin pendant une course à étape dans le désert telle que le marathon des Sables.

Des fiches sur le matériel et l’équipement MDS à télécharger

Préparation du sac et de l'équipement sur le Marathon des Sables
Préparation du sac et de l’équipement sur le Marathon des Sables

Dans cet article, je vous détaille tout l’équipement et le matériel MDS dont vous pouvez avoir besoin. Cela vous permettra de récolter de nombreuses informations et astuces. Mais je vous propose aussi des fiches en format PDF à télécharger, pour vous permettre de préparer au mieux votre séjour sportif dans le désert. Ces deux fiches sont celles que j’avais réalisées pour moi, et sont ici en version améliorée et corrigée après mon expérience 2019. Ce sont:

  • une checklist de tout votre équipement,
  • une checklist pour organiser votre alimentation

La tenue pour courir le MDS

La tenue doit être bien choisie et réfléchie. Elle est un des points clés de l’équipement MDS. Selon moi, elle doit être composée de:

  • T-shirt léger, short léger, de préférence blancs, histoire de ne pas absorber la chaleur du soleil. Pour ma part, j’étais parti avec une tenue Gore Wear hyper légère et aérée. J’adore courir avec quand il fait chaud voire très chaud.
  • Des lunettes de soleil de sport, afin qu’elles tiennent bien pendant votre course. En cas de tempête, certains sont même équipés de lunettes de plongée, pour se protéger les yeux. Astucieux, mais poids supplémentaire.
  • Une casquette saharienne, c’est à dire une casquette dotée d’une tissu pour couvrir votre nuque et vous éviter des coups de soleil. J’ai bien aimé la casquette saharien de Raidlight car légère et très aérée.
  • Un tour de cou, très utile en cas de vent. Il vous permettra de vous protéger du sable notamment au niveau du nez et de la bouche.
  • Pour les sous-vêtements, un caleçon Saxx. Un peu cher mais un bon investissement. Ils tiennent bien sur la durée, éviter de rouler sur les cuisses et surtout sont aérées tout en protégeant du sable.
  • Les chaussettes, des Thyo parce que ça tient bien sur la durée…
  • Pour les chaussures, vous pouvez partir sur des pointures un peu plus grandes. L’année dernière, la pointure de mes Responsiv Ultra Shoes était un peu juste. Quand on s’entraîne l’hiver à 0° et qu’on passe à 40° dans le sable, les pieds gonflent. Du coup, j’ai eu pas mal d’ampoules. N’hésitez donc pas à prendre une demi-pointure au-dessus de votre pointure habituelle. Je vous conseille aussi d’essayer des Altra car elle ont l’avantage d’avoir le toe box (partie avant de la chaussure qui contient les orteils) très large, ce qui est idéal pour le confort de vos orteils. Mais à tester tout de même avant de partir.
  • Les guêtres: j’ai adoré les Guêtres Désert Raidlight car elles étaient légères, elles n’ont pas laissé passer le sable (car conçu spécifiquement pour le désert) et j’ai trouvé que je n’ai pas eu chaud au pied (pas d’effet four), la couleur blanche aidant bien. Il faut savoir que les guêtres sont fournies avec un ruban scratch et un tube de colle. Gardez le tube de colle pour l’emmener avec vois dans votre sac. Pour coller le scratch sur votre chaussure, je vous recommande la colle à bateau. Cela fait un rendu dégueulasse mais c’est super efficace. Pas un grain de sable n’est passé pour moi, et je n’ai jamais dû faire de réparation.
Préparation des chaussures Pour le MDS
Préparation des chaussures Pour le MDS

J’avais le t-shirt, le caleçon, le short et les chaussettes en double. Cela me permettait d’enfiler une tenue propre et sèche après mon brin de toilettes d’après course. Je pouvais ensuite nettoyer à l’eau claire ma tenue du jour et la laisser sécher l’après-midi. D’où l’importance de choisir aussi une tenue légère (logique de poids dans le sac).

Quel sac à dos pour le MDS?

Le sac à dos pour le Marathon des Sables
Mon sac à dos pour le Marathon des Sables

En gros, sur le marché, vous avez 2 types de sac à dos pour le désert. Le sac Ultrabag de WAA (à 189€) ou le Responsiv 25l de Raidlight (à 95€ en ce moment).

Difficile de choisir, en sachant que ce choix n’est pas anodin car il transportera les plus de 6kg de votre équipement et matériel MDS. Pour ma part, j’avais le Raidlight. Une fois les réglages faits, il est confortable, très léger (350 grammes) et offre une grande capacité (25 litres). Cependant, il est fragile et les poches sur l’avant du sac ne maintiennent que moyennement les flasques. Il faudra donc privilégier les gourdes. La conception en manchon (accès au contenu du sac uniquement depuis le haut) nécessite de tout sortir quand on arrive au bivouac.

Pour ce qu’on m’a dit du WAA, il est super pratique au bivouac car il permet de voir l’ensemble du contenu une fois ouvert. Mais cet aspect valise semble créer des frottements dans le bas du dos (plusieurs témoignages). Il est un peu plus lourd (590 grammes) et a un volume de 20 litres. Mais il est plus robuste. Point intéressant, il possède une poche amovible de 4 litres qui se place sur l’avant du sac, idéal pour avoir tout ce dont on a besoin pour l’étape du jour à portée de main.

Il ne vous reste plus qu’à faire votre choix!

Le matériel obligatoire pour le marathon des sables

  • un sac à dos: je vous en ai parlé ci-dessus
  • un sac de couchage: les températures sont fraîches la nuit. Optez pour un sac de couchage conçu pour les températures de 5° à 10°. Le sac de couchage Down Ultralight de Wilsa répond à ce critère et ne pèse que 440 grammes.
  • une lampe frontale + 1 jeu complet de piles de rechange, pour ma part, je suis parti avec ma traditionnelle Petzl Nao avec sa batterie de rechange. Cela a amplement suffi puisqu’on se couche pratiquement avec le soleil et on se lève aux 1ères lueurs du jour.
  • 10 épingles à nourrice, voire plus. Vous aurez besoin de 4 épingles pour fixer le dossard sur l’avant et 4 épingles pour fixer votre dossard dans le dos, sur le sac. Et en une semaine, on peut vitre perdre des épingle ou en abîmer.
  • une boussole à 1° ou 2° de précision,
  • un briquet,
  • un sifflet,
  • un couteau lame métal, et pour gagner du poids, vous pouvez choisir l’opinel n°2, le plus petit des Opinel.
  • un antiseptique cutané, quelques lingettes suffiront.
  • une pompe aspivenin,
  • un miroir de signalisation,
  • une couverture de survie,
  • un tube de crème solaire, de la IP 50+ de préférence,
  • 200 euros ou équivalent en dirhams ou US dollars,
  • le passeport ou pour les résidents marocains la carte d’identité,
  • le certificat médical original fourni par AOI, dûment rempli et signé par le médecin
  • l’ECG original et son tracé au repos

L’équipement MDS pour le bivouac

Le matériel et l'équipement pour le bivouac au MDS
Le matériel et l’équipement pour le bivouac au MDS

On passe beaucoup de temps sur le bivouac. Pour se préparer avant la course, pour se reposer, pour les repas, pour préparer les affaire du lendemain, et si vous avec des bobos, vous passerez du temps à l’infirmerie (pour y être allé chaque jour, la queue et le temps d’attente sont de plus en plus longs au fur et à mesure des étapes).

MDS: Le repas sur le bivouac
MDS: Le repas sur le bivouac

Voici une petite liste qui à mon sens sont importants et à prendre en compte.

Les repas sur le bivouac

  • Le réchaud: franchement, je me dis qu’il est inutile. Avec 3 gros cailloux et quelques esbit couplé à du bois récolté autour du campement, on peu s’en sortir. Il existe un mini-réchaud pliable qui sera bien suffisant si vraiment vous ne voulez pas vous compliquer la vie sans trop vous alourdir.
  • La tasse en titane ultralégère 300ml: elle permet de faire chauffer votre eau pour votre nourriture lyophilisée. Pour autant, vous ne mangerez pas dans cette tasse, elle vous permettra uniquement de faire chauffer votre eau. Comme assiette, vous utiliserez le fond de vos bouteilles d’eau vides; cela vous évitera de gaspiller de l’eau pour faire votre vaisselle. Aussi, vous pouvez prendre une feuille de papier aluminium en guise de couvercle, bien plus léger que tout autre couvercle, et permettant de faire monter la température de l’eau plus rapidement.
  • Une fourchette ultralégère, pour pouvoir apprécier vos repas.
Préparation de l'alimentation pour le Marathon des Sables
Préparation de l’alimentation pour le Marathon des Sables

La préparation du lyophilisé

  • La nourriture lyophilisée: il faut garder à l’esprit que vous devez avoir une réserve de nourriture de 2000 kcal par jour. Ils comprennent vos repas au bivouac mais aussi vos barres et boissons énergétiques utilisées pendant la course. C’est aussi une étape importante dans la réalisation de votre équipement MDS:
    • La plupart des sachets des repas lyophilisés indiquent la valeur énergétique sur leur emballage.
    • Vous pourrez composer un repas différent chaque jour tellement le choix est grand. Pour ma part, je ne me suis pas limité à 2000kcal. Certains jours, j’avais un apport jusqu’à 3500kcal. N’oubliez pas qu’ils vous permettent de vous redonner des forces pour l’étape du lendemain.
    • En lyophilisés, vous avez le petit déjeuner, le repas et le dessert. Si vous voulez optimiser le poids de votre sac, je déconseille de prendre un dessert. En effet, cela représente un poids supplémentaire et une place importante en plus pour un apport en kcal faible.
    • Reconditionnement: je crois qu’aujourd’hui, cette tache est inutile. J’ai réalisé le reconditionnement, et le poids gagné était ridicule. vous pouvez donc garder l’emballage d’origine, dans lequel vous pourrez d’ailleurs verser l’eau directement.
    • La seule chose à faire est de préparer un conditionnement pour chaque étape (repas, petit-déjeuner, barres énergétiques/ boissons énergétiques) sur lequel vous indiquerez la valeur énergétique de son contenu.
    • L’étape longue se déroule sur 2 jours. Soit vous arriverez tard le soir, soit dans la nuit, soit le lendemain. Je vous recommande de prendre un taboulet pour votre dîner. Cela vous permettra de prendre un vrai repas rapidement, réalisable avec de l’eau froide. Vous n’aurez pas à sortir votre réchaud pour faire chauffer votre eau. En arrivant au campement ou à un checkpint intermédiaire, cela sera alors beaucoup plus simple et rapide, surtout avec la fatigue accumulée.
Alimentation pour le jour 4: Etape Longue
Alimentation pour le jour 4: Etape Longue

Pour dormir

  • un sac de couchage: Comme j’ai pu vous le dire plus haute, dans le matériel obligatoire, les températures sont fraîches la nuit. Le sac de couchage Down Ultralight de Wilsa pèse 400 grammes et permet de passer de bonnes nuits à des températures comprises entre 5° et 10°.
  • Un matelas: je déconseille vivement le matelas gonflable. Pour ma part, c’est ce que j’avais opté, mais j’ai eu beaucoup de chance. Le désert est couvert d’épines d’acacias, mais aussi de petite boules pleine d’épines qui volent un peut partout. De nombreux coureurs sont victimes de crevaisons pendant la nuit. Le matelas qui semble le mieux répondre au besoin d’une course à étapes dans le désert est le Termarest Z-Lite Coyote. N’hésitez pas à le découper pour l’adapter à votre taille. D’ailleurs, la taille du matelas peut être réduite pour protéger de la tête aux hanches.
  • Une petite paire de ciseaux: L’infirmerie est fermée le matin, et souvent, si vous y êtes passez la veille, le conseil est de laisser aérer votre blessure et la panser le matin de la course. Elle vous fournira les pansements, bandes nécessaires. Mais pour un confort optimal, vous aurez à découper vos pansements pour que ceux-ci ne vous gênes pas pendant la course. Je vous ai sélectionné cette paire de ciseaux que j’ai pu avoir en prêt sur le bivouac à plusieurs reprises grâce à un coureur qui n’était plus à sa première course à étapes.
Réalisation de pansements sur le MDS
Réalisation de pansements sur le MDS

Hygiène

  • Lessive: pas besoin. Un peu d’eau permet d’avoir des vêtements dépoussiérer. Pour les odeurs, le désert est tellement sec que les bactéries ne peuvent pas se développer. De plus, qui dit lessive, dit rinçage; or l’eau est un bien précieux.
  • Toilette: Pour votre toilette, je conseille d’utiliser des gants pré-imbibés jetables. Après votre course, utilisez un premier gant pour faire le gros de votre toilette, quitte à ajouter un peu d’eau sur le gant. Puis utilisez un second gant pour parfaire votre toilette et être frais. Si vous avez les cheveux longs, pensez à faire des tresses pour protéger vos cheveux aux maximum de la poussière et ainsi éviter de les laver pendant la course. Pour les cheveux courts, vous pouvez improviser une mini douche en perçant le bouchon d’une bouteille d’eau. Pour vous essuyer, normalement, vous sécherez naturellement très vite. Pas besoin de serviette donc, ca vous fera gagner quelque gramme. Si vous ne pouvez pas faire sans, il existe des serviettes fines ultra absorbantes de seulement 62g.
  • Brosse à dents et dentifrice ne seront pas du luxe avec le sucre ingurgité pendant la course.
  • Papier toilettes: si on vous remet des « sacs à caca » pour profiter des WC mis à disposition sur le campement, le papier toilettes reste à vos frais. Un rouleau de ce papier toilette biodégradable devrait vous suffire.

Confort et bien être

  • Une tenue pour vous protéger du froid doit faire partie de votre équipement MDS. Si certaines nuits, j’ai pu dormir en caleçon et t-shirt dans mon duvet, j’ai le souvenir d’une nuit particulièrement froide pendant laquelle on avait frôlé les 0°C, al tente étant recouverte d’une fine pellicule de givre au petit matin. LE soir, quand le soleil se couche, un vent froid peut aussi se mettre à souffler. Pour ma part, j’ai utilisé un surpantalon que j’avais déjà et qui faisait parti du matériel obligatoire pour l’UTMB. Pour le haut, j’ai utilisé ma Veste Gore Tex. Cette tenue permet de se protéger du froid, mais aussi du sable dès que le vent souffle. Une nuit particulièrement froide, j’avais d’ailleurs enfilé cette tenue pour avoir bien chaud dans mon duvet. C’était assez efficace. Cependant, il existe une alternative bien connue chez les coureurs du MDS, c’est d’utiliser une combinaison de peintre. Une alternative budgétaire plus qu’intéressante.
  • Des sandales légères: après la course, vous serez heureux d’avoir les pieds à l’air. Mais attention, il est interdit de se déplacer pieds nus sur le bivouac sous peine de prendre des pénalités. DU coup, je vous conseille de prendre non pas des tongs car si vous avez des cloques entre le gros orteil et celui d’à côté, il sera difficile de les enfiler. Les sandales peuvent être un peu lourdes à transporter, à moins d’en trouver de super lights. Les chaussons type chaussons d’hôtels sont intéressants pour le rapport poids/encombrement. Mais sachez que le bivouac possède de nombreux cailloux. Et les chaussons ne protégeront pas tant que ça vos voûtes plantaires. Bref, à vous de trouver le bon compromis. Pour ma part, j’opterai plutôt pour les sandales.
  • Votre smartphone, même si vous n’aurez pas de réseau dans le désert. Niet. Nada. Mais vous pourrez toujours prendre des photos et des vidéos en souvenir. Pour ma part, je suis parti avec mon Crosscall Trekker X4. Longue autonomie de batterie, grosse capacité de photos et résistant aux chocs et au sable. Il est donc parfait pour ce genre d’aventure.
  • Votre montre GPS: il faudra qu’elle ait une longue autonomie pour pouvoir tenir ainsi les 250km du MDS ou de votre course à étapes. La Suunto 9 avait fait le job pour moi .
  • Batterie externe: en option. Pour recharger votre smartphone et/ou votre montre.
15% de réduction sur les nouveautés avec le code IRUN15

L’alimentation pour les étapes du Marathon des Sables

L'alimentation pour la course
L’alimentation pour la course

Ce qui est fourni par l’organisation du Marathon des Sables

Sur la Marathon des Sables, on vous remettra de l’eau à chaque checkpoint, une à 2 bouteilles d’eau marquée par votre numéro de dossard, et plusieurs à votre arrivée. Attention, ces bouteilles d’eau remises en fin d’étape vous permettront de faire: votre toilette; de vous hydrater; de faire votre dîner; votre petit-déjeuner et votre réserve d’eau pour le début de la course.

On vous fourni également des pastilles de sel. Elles permettent de fixer l’eau dans votre organisme et de vous éviter les déshydratation. Attention à ne pas trop en consommer tout de même. Si vous sentez vos orteils ou vos doigts gonfler, arrêter d’en prendre.

Ce que vous devez prendre

Pour le MDS, les étapes varient entre 30 et 45km environ, sauf pour l’étape longue, qui dure 80km. Pensez donc à prendre barres énergétiques et boissons énergétiques pour tenir pareilles distances. En effet, l’attention portée à votre alimentation pendant la course est une phase importante dans la préparation de votre équipement MDS. Aussi, ne perdez pas à l’esprit que le désert est loin d’être plat. En effet, vous aurez des dunes à franchir, parfois, ce sera des étendues de sable vous empêchant d’avancer. D’autres moments, vous traverserez des lacs asséchés et vous avancerez donc assez vite.

Bref, vous devez prendre en compte le terrain dans votre stratégie de ravitaillement en course. Les barres énergétiques vous apporteront ainsi les calories dont vous avez besoin, surtout que vous aurez un sac à dos d’au moins 6,5kg sur le dos qui vous fera consommer de l’énergie.

Comme vous devez vous hydratez régulièrement, pensez à la boisson énergétiques qui vous apportera des calories mais aussi des vitamines et des sels minéraux.

Enfin, pendant l’étape longue, selon votre stratégie, vous pouvez bivouaquer sur un checkpoint. C’est peut-être l’occasion de vous arrêter pour vous faire un bon repas, une sieste avant de repartir. Le lyophilisé froid vous permettra alors de vous faire un bon repas sans à avoir à sortir votre réchaud.

Laisser un commentaire